Un noŽl orangť Un noŽl orangť

Un noël orangé.

 

L’hiver ici ressemble à l’automne. Le froid et le givre se sont donnés rendez-vous dans un autre temps auquel nous n’avons pas accès. Le noël sera orangé. Ca change un noël orangé vous ne trouvez pas ? A nous d’y mettre nos rêves, nos cartes postales, nos vœux en cette année qui s’achève et cette autre qui nous appelle. Qu’importe après tout les couleurs de l’hiver et de la vie, le gris seul rend ternes et fades nos jours.


Ici, à l’Observatoire des Arts de l’Etre, un petit chat tombé du ciel a trouvé refuge et s’invite dans la danse des prochaines saisons. Dexter Gordon berce cette fin du jour et nous convie à ralentir pour mieux nous pencher sur l’essentiel. Les roses blanches et roses embaument la pièce d’un parfum de tendresse et le carillon qui au loin s’agite sonne les heures creuses, les heures tranquilles, les heures sans pourquoi,  ces heures où enfin nous pouvons nous pauser et rêver.


Il est dit que plutôt que rêver sa vie mieux vaut faire de sa vie un rêve. Mais n’est-ce pas nier et mettre sur le banc des accusés tous ceux et celles qui aiment rêver assis dans leur fauteuil, adossés contre un arbre un haricot magique ou une citrouille enchantée ? N’est-ce pas nier tous ceux là qui aiment sentir leur imaginaire en actions en vibrations et en frissons ? Et si le rêve était pour eux la vie ?

 

Si simplement nous nous rendions libres de choisir ? Choisir de courir ou pas, choisir la lenteur ou pas, choisir de sortir  de chez soi ou pas, choisir de dire oui ou de dire non, s’octroyer le droit à l’erreur, le droit à ne pas toujours bien aimer, le droit à ne pas toujours savoir écouter, de ne pas être toujours disponible. Le droit de s’occuper de soi ô oui ! Le droit de ne pas penser comme tout le monde et de penser comme tout le monde aussi. Le droit d’avoir une vie tranquille loin du brouhaha de la ville, de ne pas vouloir être important et connu, de vivre avec simplicité, sans faire de bruit parce que le bruit ça casse les oreilles et que c'est précieux une oreille, ça permet d'entendre l'indicible. Le droit aussi de se dire que ce n’est pas moins bien ou mieux que les autres, c’est simplement juste pour soi. Le droit de ne plus avoir honte de ne pas porter des affaires à la mode, de ne pas savoir très bien parler mais de parler quand même, de ne pas toujours faire bonne figure  et pire : Etre parfois ridicule ! Enfin, le droit d'être soi, le droit d'être soi.


Alors en cette année qui s’achève et cette autre qui point là-bas, je vous souhaite à chacun chacune non seulement de jolies fêtes mais la joie du non et du oui, du je veux ou je ne veux pas, du et bien oui  j’ai le droit !

Je vous donne rendez-vous prochainement ; peut-être serez vous parmi nous aux portes de la parole libérée ?

Bonnes fêtes à tous, toutes

Avec coeur


Eveilleuse de l'Observatoire des Arts de l'Etre

 

Le stage clown et lenteur est complet

Les inscriptions pour le stage  clown et parole  sont ouvertes

Tous nos autres stages